Comment choisir un récupérateur d’eau de pluie ?

Si vous avez des plantes qui ont besoin d’être arrosées, c’est toujours une bonne idée de mettre en place un système de récupération d’eau de pluie à votre domicile. Cependant, l’eau de pluie peut servir à d’autres fins, dont certaines peuvent être réalisées à l’intérieur même d’une maison. Alors, comment déterminer les mesures correctes d’un tel réceptacle ? En fonction de vos besoins et des possibilités offertes par votre toit et le climat, quelle taille de cuve de récupération d’eau de pluie devriez-vous installer ?

Pour quels usages installer un récupérateur d’eau ?

Il va sans dire que les utilisations que vous allez avoir de cette eau de pluie récupérée vont avoir une influence sur le volume de la cuve de récupération de l’eau de pluie. N’utilisez pas l’eau de pluie que vous récupérez uniquement pour votre jardin ; il n’est pas nécessaire de la purifier pour qu’elle soit utile à d’autres fins. Vous économiserez beaucoup d’argent sur votre facture d’eau mensuelle et contribuerez à préserver les réserves d’eau douce de la planète.

Jardin

La première utilisation la plus évidente est l’entretien du jardin. Mais quelle est la taille de votre jardin et qu’y faites-vous pousser ?

  • Pour arroser un potager, il faut environ 100 l /m2.
  • Selon la surface, un jardin d’ornement (fleurs et gazon) consomme entre 50 et 60 litres par mètre carré.
  • Pour entretenir un jardin qui accueille principalement des massifs de fleurs et d’arbustes, il faut en moyenne 32 à 42 l / m2.
  • Pour l’arrosage des plantes en pot, il faut environ 1 300 litres par mètre carré.

Le nettoyage extérieur

Économiser beaucoup d’argent sur les lavages de voiture en passant à l’eau de pluie récupérée sur le toit.

En moyenne, une voiture est lavée entre 5 et 10 fois par an. Comme pour un jardin, plus il y a de voitures, moins elles sont lavées (sur place). Le nombre de lavages est donc sensiblement pareil si le foyer dispose d’1 ou 2 voitures.

Et pour chaque lavage comptez environ 225 l d’eau. Cela représente 2 250 litres d’eau par an.

Le nettoyage interne

La récupération de l’eau de pluie est une utilisation judicieuse des ressources, même si elle nécessite quelques modifications du bâtiment. En effet, certains postes tels que la chasse d’eau et la machine à laver ne requièrent pas d’eau potable. Cependant, les utilisations intérieures de l’eau de pluie sont réglementées ; elle ne peut être utilisée que pour la chasse d’eau, le lavage du linge et le nettoyage des sols, et chaque robinet ou autre source d’eau de pluie doit clairement indiquer « Eau non potable« .

À lire également :  Quelle cuve pour GNR ?

Pour ce genre d’usage, vos besoins seront les suivants :

  • Entre 2 000 et 3 000 l par personne et par a pour alimenter les WC (selon leur ancienneté).
  • Il faut entre 2 000 et 8 000 litres d’eau pour faire fonctionner un lave-linge pour une famille de quatre personnes.

Quelle quantité d’eau pouvez-vous recueillir ?

Ici, la quantité de pluie qui tombe sur le toit et sa taille sont les deux facteurs les plus importants pour déterminer la quantité d’eau que l’on peut collecter. précipitations annuelles en millimètres fois le taux d’évaporation multiplié par la surface.

Vous pouvez obtenir la moyenne annuelle des précipitations pour votre emplacement sur un certain nombre de sites Web différents.

Le facteur de perte varie environ en fonction du style de toit. En réalité, les différents matériaux et formes perdent de l’eau à des taux différents par rapport à leur volume lors de l’impact.

Si votre toit est plat, votre coefficient de perte sera de 0,6 ; si votre toit est fait de tuiles, il sera de 0,9 ; et si votre toit est couvert de tôle ondulée, il sera de 0,8.

Par exemple, dans une commune où il tombe en moyenne 800 mm de pluie par an, pour un toit à double pente de 100 m2 en tuiles, le calcul est le suivant : 800 x 0,9 x 100 = 72 000. En un an, vous pouvez récupérer 72 mètres cubes d’eau.

Quel cuve de récupération de l’eau de pluie faut-il utiliser ?

Il existe deux grands types de récupérateurs d’eau de pluie : ceux qui sont aériens et ceux qui sont enterrés. La première catégorie concerne les récipients dune capacité comprise entre 200 et 2 000 litres. La seconde, qui inclut les enterrés , propose des récipients d’une capacité comprise entre 2 000 et 5 000 litres.

Un récupérateur d’eau de pluie aérien est lié à la descente d’une nacelle. Il doit être équipé d’un filtre pour écarter les débris végétaux et d’un robinet permettant de pré-refroidir l’eau sans avoir à la chauffer au préalable, et d’un filtre pour éviter la création de vases. Un tuyau d’arrosage peut être relié à une pompe si celle-ci est installée. En règle générale, il est fabriqué en résine synthétique, ce qui le rend léger et ouvert à une grande variété de formes et de couleurs.

Un collecteur souterrain, avec un filtre à maille plus fine que celui du collecteur aérien, est placé à proximité du puits de la gouttière. Il doit être relié au tuyau d’évacuation, aux conduites d’eau entrant dans la maison, à la fosse septique et au système d’évacuation des eaux usées, si vous en avez un. Une pompe permettra d’utiliser cette eau à bon escient. Elle peut être fabriquée à partir de divers matériaux, notamment le béton, le polyéthylène et même le métal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *